Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 16:14

     Lorsque j'ai connu Paulette et Charles ils étaient déjà à l'automne de leur vie. il y avait pourtant dans le regard de Charles une étincelle juvénile. La bâtisse est cossue c'est un château, un de ces château paysan qui pullulent en Gascogne. tous est méticuleusement ordonné, du jardin potager au patio magnifiquement fleuri, la cuisine est superbe, il y trône une cheminée majestueuse, parée de briques réfractaires qui semblent avoir été époussetées à l'instant même, alors que le feu est vif dans le foyer.

       Paulette est assise près du feu, elle laisse Charles m'expliquer son vin, ce jeune venu en stage qui lui a appris à faire du bon vin. Avant il y a toujours eu de la vigne ici on faisait du vin pour la famille et puis on en vendait un peu en vrac. Mais quand ce jeune est venu, il m'a dit vous savez Charles ici la terre ressemble beaucoup ou gravettes du Bordelais, avec cette vigne on doit pouvoir faire mieux.

 

       Voilà que notre Charles pas bête pour un sous, digne héritier d'une famille Italienne de la plaine du Pô qui en à peine deux génération ont fait fructifier une fortune déjà acquise au delà des Alpes pour mener à bien une propriété de plus de 400 hectares de blés, qui connaissait encore dans les années 2005 la polyculture la plus stricte, vaches à viande, vin, blé, tournesol... prend la balle au bond.

      Le matériel est neuf ou récent parfaitement entretenu, l'aisance est évidente et pourtant le discours est sincère, le café offert de bon coeur après la visite du chai et la dégustation.

 

      Parlons en de ce chais, rien exubérant, les cuves en bétons sont propres et les portes ont été refaites récemment, et le chais barrique est d'une grande qualité hygrométrique mais rien d'ostentatoire. Les barriques, tout droit venues de chez Vvega Sicilia! Mais que font-elles ici au fin fond du Gers? Et bien le petit jeune venu en stage, il était tellement passionné que je l'ai un peu aidé et puis il a fini premier de son école d'oenologie de Bordeaux, il est alors parti vinifier chez Vega Sicilia, excusez du peu, Véga Sicilia c'est le Pétrus à l'espagnole, un terroir d'exception et la recherche (un peu trop à mon goût) de la maturité optimale.

 

   Pour autant une maison exceptionnelle qui utilise les meilleurs bois et tonneliers pour faire ses barrique et qui recherchant (là encore beaucoup trop à mon goût) un fort apport du bois change ses barriques neuves après trois ou six mois seulement. C'est tout naturellement que le petit jeune nous a proposé d'acheter ces barriques "d'occasion" pour y élever notre vin...

 

      Voilà les bases sont posées, un homme alerte, fin et intelligent, un bon terroir, une rencontre, des moyens, et 4 hectares d'un terroir oublié bien qu'il fût jusqu'à la première guerre mondiale un des principaux fournisseur des négoces bordelais, voilà un grand vin et croyez le ou non à un prix minime à vous faire tomber sur la tête. Moins de 10€.

 

    Le café, donc , la cheminée, l'oeil de Charles, mais Paulette dans tout cela? Et bien elle avait jugé, elle m'offrit une ou deux gaufrettes puis un salut chaleureux mais sans plus.

 

     Je sentais bien que cette maison me plaisait et leur vin.... Lui me plut tellement qu'une semaine seulement après avoir acheté mes premières bouteilles, tout était vendu, je dû y revenir, puis y revenir encore.

     Un soir d'hiver, nous parlions tant que Paulette se livra elle avait vu, et je su tout, Paulette mais elle n'était pas la mère des enfant de Charles, non pauvre, à 18 ans ils s'étaient bien fréquentés, mais à cette époque on ne choisissait pas avec qui on se mariait, elle avait été marié à 19 ans avec un voisin paysan et elle travaillait dur à la ferme. C'était le début des tracteurs et son mari en acheta un, un des premier dans la région et le premier au village, alors il fallait le montrer, aller aider les voisins. Paulette quand à elle était devenue concessionnaire de vélos Motobécane et Peugeot, elle travaillait à la propriété et puis aussi au magasin. Mais le tracteur ce fameux tracteur se renversa et à 23 ans elle se retrouva, veuve, à la tête d'une propriété, les vaches, la volaille, d'une boutique de cycle et de motocyclettes, qui arrivaient et puis on a fait aussi la motoculture. Toute seule, pauvre, il a bien fallu faire face. Et elle fit face, tant et si bien qu'elle s'est retrouvée, concessionnaire, Peugeot, transporteur de marchandise, de passager avec les premier autobus du département, puis ambulancière qui faisait aussi le transport des défunts! Enfin un tourbillon de vie mené par un petit bout de femme qui gérait une entreprise de 30 employés sans peur ni reproches!

      Il m'avait fallu attendre un peu mais en quelques visites chez Charles et Paulette je savais tout de la vie de Paulette et je me sentais essoufflé alors que je n'avais fait qu'écouter!

       Charles c'est retrouvé veuf à une cinquantaine d'année, et leur amour de jeunesse à repris le dessus ils se sont retrouvé, elle a pris sa place, est devenue l'âme de ce château, une maîtresse femme, vaillante comme un gasconne, bonne comme le pain chaud.

         Ce n'était plus leur vin que j'aimais mais leur vie,et puis eux quoi tout simplement.

         Je ne peux dire la douceur des paroles de cette femme lorsque la vie m'a mis à l'épreuve et j'entends encore les r rocailleux qui rendaient encore plus compatissant les pauvres qu'elle me jetait aux oreilles en permanence, elle me jugeait courageux, moi avec la vie qu'elle avait, incompréhensible.

         Je ne peux pas non plus vous dire où est ce domaine bien caché, ici nul panneau et pour avoir du vin il faut le réserver, les Japonnais et les américains en voulaient mais vous savez on a nous clients, un boucher, une brasserie, un seul supermarché car le patron est un ami o a pas pu lui refuser.

        Leur vie est de l'amour Paulette est partie comme elle a vécu de manière romanesque, personne ne souhaite une telle mort, leur chien à décidé d'arrêter de souffler le soir même de sa disparition, reste Charles et son vin.... Sa cuisine, la boîte de pâté qu'elle m'avait offerte lors de ma dernière visite. Cet article mériterait d'être un livre.

 

Adishatz Mme B.; car je ne vous ai jamais appelé Paulette, je ne peux plus écrire, je pleure, pauvrrre.

Partager cet article

Repost 0
Published by moulindelaumet.caviste.vin.armagnac.chambre.dhote. - dans Dégustation Vin
commenter cet article

commentaires

Jean 02/07/2012 09:36

Bel article, merci l'Ami.....

Présentation

  • : Le blog de moulindelaumet.caviste.vin.armagnac.chambre.hote.gers.over-blog.com
  • Le blog de moulindelaumet.caviste.vin.armagnac.chambre.hote.gers.over-blog.com
  • : Le blog du moulin de Laumet, cave à vins et armagnacs à Vic-Fezensac Gers. Propose aussi des chambres d'hôtes, une table d'hôtes. Des séjours à thèmes, dégustations, cours d'œnologie.
  • Contact

Recherche

Archives

Liens